instagram
twitter

Iscriviti ora alla

europolitiche3
europolitiche

Newsletter

europolitiche
Berlino scioglie gli indugi e fornirà all'Ucraina i Leopard 2. Da Washington arriveranno gli AbramsRuolo e funzioni della rete Europe Direct. Conversazione con Dario NoscheseMarc Angel eletto nuovo vicepresidente del Parlamento europeoTimmermans in Ucraina: Ue garantirà ingenti aiuti per la ricostruzioneBreton: preserveremo l'industria dell'Ue e il mercato unicoL'unanime condanna europea dell'assalto in BrasileCovid, Ue: obbligo di tampone negativo prima della partenza dalla CinaEuropa e crisi del pensiero nella lezione di Edgar MorinBuone feste !Cop 15: la delegazione europea soddisfatta degli accordi di MontrealGas: accordo sul price-cap al Consiglio affari energiaL'ultimo Consiglio europeo del 2022Il Qatargate scuote il Parlamento europeo. Agli arresti la vicepresidente KailiGas: sul price cap l'Ue cerca ancora un accordoAll'Ecofin l'Ungheria pone il veto sui fondi a KievL'Eurogruppo valuta i bilanci degli Stati membriGaetano Sateriale si unisce al Board di EuropoliticheLa visita del Presidente Macron alla Casa BiancaVon der Leyen: nuovi quadri normativi Ue sugli aiuti di StatoVon der Leyen: il Green Deal Ue e il monopolio cinese delle materie prime criticheSanchèz nuova guida dell’Internazionale SocialistaPNNR: parla l'esperto di fondi europei Vito VaccaCommissione Ue: congelati 7,5 miliardi all’Ungheria. Servono 17 misure per ripristinare lo stato di dirittoLagarde: non siamo ancora al picco dell'inflazione nella Zona EuroTimori nell'UE per il neoprotezionismo industriale e tecnologico UsaIl 70' anniversario del Parlamento europeo. Nel 1952 la prima seduta della CecaParlamento UE approva risoluzione su "Russia sponsor del terrorismo".La fiducia nella scienza nell'Europa di ieri e di oggi. Intervista al professor Alessandro De AngelisCOP27: l'UE chiede misure concrete e il rispetto degli Accordi di ParigiLa Bce procede con l'aumento dei tassiRishi Sunak è il nuovo Primo Ministro della Gran BretagnaConsiglio europeo : raggiunto l'accordo sul dossier GasRegno Unito : Liz Truss si dimette da Primo MinistroL'ex premier svedese Loefven eletto Presidente dei socialisti europeiGas : la Commissione propone un price cap dinamico e temporaneo
europolitiche

La France après les élections présidentielles

28-04-2022 00:00

Europolitiche

Europolitiche, Francia, Macron, Melenchon, France , elezioni presidenziali in Francia,

La France après les élections présidentielles

di Hanna Marianne Clairière

La France après les élections présidentielles

Comment Macron réussira à aiguiller entre une France de base relativement nationaliste et sa propre ambition européenne ?

 

Vers un gouvernement de coalition ?
En France, comme en Europe, la vie politique est revenue à la normale après la suspension inquiétante causée par le risque issu des partis extrémistes lors de la récente élection présidentielle, qui a fini par le renouvellement du mandat de Emmanuel Macron pour les 5 prochaines années. Or, cette fois, le paysage politique a quand même considérablement été chamboulé vu que la traditionnelle constellation entre gauche-droite s’est effritée dans la mesure où aussi bien le Parti Socialiste (PS) que la Ligue Républicaine (LR) ont obtenu des scores extrêmement bas. Ce qui est pire, c’est que la répartition des voix au 2 ème tour : 58% pour Macron, 41% pour MLP ne permet pas de connaître les vraies aspirations de la population vu que beaucoup ont choisi dès le début « le vote par défaut ». La France Insoumise de Jean-Luc Mélenchon (gauche radicale mais pas extrémiste) qui est arrivée en troisième position au premier tour avec 21% - plus de 9 millions de votes - ont donc changer la donne et maintenant les négociations en vue d’une éventuelle coalition au gouvernement qui devrait inclure un représentant du LFI parmi les ministres sont en cours.


Les sujets épineux : le rôle de l’Europe et le nucléaire
Mais rien n’est gagné, car les élections législatives se rapprochent et selon les dernières sondages (IPSOS) 56% de la population souhaiterais voir les principaux partis de gauche former une alliance et qu’ils présentent des candidats communs dans les circonscriptions.
Dans le détail: 39% des Français veulent voir La France insoumise renforcée (Mélenchon) à l’Assemblée nationale, 38% le RN, 29% EELV, 26% LREM (Macron). Les négociations sont donc en cours entre les partis de gauche pour créer des alliances en vue des législatives. Une éventuelle alliance entre les partis de gauche se heurte tout de même sur au moins deux attitudes qu’au moins les Verts (EELV) ne pourront pas accepter : le soutien de Mélenchon au nucléaire et sa vision sur l’Europe où l’état-nation, à savoir la France, lui est visiblement plus cher. Notamment dans les réunions de LFI on voit rarement le drapeau de l’Europe. Une Europe fédéraliste risque s’éloigner des perspectives vu les préoccupations de la population très centrées sur leurs besoins et craints nationaux de à la politique intérieure.
 

Europe au secours grâce aux objectives du développement durable de COP21 et des Nations Unies
Ainsi, Emmanuel Macron, dont la réélection a été assez bien accueillie dans plusieurs pays en Europe et qui probablement se dirige vers une position importante au sein des institutions européennes (peut-être en espérant devenir le Président de la Commission), devrait bien réfléchir sur la constitution du gouvernement à mettre en place. Réussir à jongler entre ses ambitions à l’égard de l’Europe et la politique intérieure qui engloberait plusieurs points très cruciaux comme la hausse de l’âge de la retraite, les réformes de l’assurance chômage et les aides sociales, du système scolaire (surtout la formation professionnelle des jeunes), les domaines de santé et judiciaire, la prise en compte des zones rurales et l’équité entre les territoires y compris les Outre-Mer ( Antilles ont voté à 60% pour LFI ou MLP), car le risque d’un élargissement du mouvement des Gilets Jaunes n’est pas écarté. Et les partis extrémistes auront du grain à moudre au sujet de la politique de l’immigration. N’oublions pas que la France a déjà voté contre la Constitution européenne en 2005 ! En même temps le COP2015 fut organisé à Paris et les objectives de la Commission sur le plan de renforcement des objectives de « Sustainable development goals » fixé pour le 2030 par les Nations Unis, sont présents dans le programme de Macron: l’autonomie énergétique en développant les énergies renouvelables, la digitalisation de plusieurs domaines, le domaine de la recherche liée à la santé, la commune défense. Tous ces sujets qui maintenant avec la situation critique de la guerre en Ukraine et après l’épidémie de Covid sont devenus très cruciaux.


Hanna Marianne Clairière @europolitiche

Saint Denis, France

Crossmediale in lingua italiana sulle politiche delle istituzioni europee e dei governi dei paesi dell’Unione Europea

Crossmediale in lingua italiana sulle politiche delle istituzioni europee e dei governi dei paesi dell’Unione Europea


instagram
twitter
whatsapp

SITO WEB REALIZZATO DA Q DIGITALY

©2021-2022 di Europolitiche.it

Create Website with flazio.com | Free and Easy Website Builder