instagram
twitter

Sign up now to

europolitiche3
europolitiche

Newsletter

europolitiche
The political summer of the European right. The groups in the EP become three"Europa. Tra presente e futuro": a new book edited by Nicola Verola and Giuliano AmatoOrban meets Putin for ‘peace mission’, angering the EU, worrying UkraineFrance, le résultat des élections est surprenant. La gauche unie gagne, l’extrême droite seulement troisième derrière les macroniensFrance : deuxième dimanche électoral. Un scrutin dont devra sortir la nouvelle assemblée nationaleUK election: Keir Starmer's Labour Party set to win huge majorityECB: Lagarde on French Elections, we are attentive about financial stabilityLa lecture sociologique des élections législatives de 2024 en France : le premier tourLes résultats du premier tour des législatives en FranceLégislatives 2024 en France : Un scrutin décisif, à double inconnues et à enjeux en cascadeThe path from the Top Jobs to the official start of the new European Commission in December 2024Europe chooses Ursula againEurogroup meeting of 20 june 2024EU leaders meet to discuss top jobsL'Université Paris 1 Panthéon Sorbonne a décerné le DHC à Sofia CorradiThe VI Conference and Summer School in Ventotene was held from 9 to 14 JuneThe 50th G7 summit in ItalyEU hits Chinese EVs with tariffsDedicato ad Eugenio Colorni, il quinto appuntamento dei Dialoghi Europei. Europolitiche a Roma con la Fondazione Buozzi e l'Istituto SpinelliEuropean election 2024: Live results and analysisJoe Biden effectue depuis mercredi une visite de cinq jours en FranceECB lowered its key deposit rate to 3.75%, in its first interest rate cut since 2019Marco Buti agli European Dialogues di EuropoliticheMacron and Scholz: all Europeans want a stronger EU in the worldEuropolitiche : Marco Buti guest at the European Dialogues in FlorenceSteinmeier welcomes Macron to Berlin: "We need an alliance of democrats in Europe"Europolitiche: nuovo appuntamento con gli European Dialogues a FirenzeGli European Dialogues del maggio fiorentino di EuropoliticheUK PM Sunak calls surprise July electionMacron to meet German president in first state visit in 24 yearsG7 Finance Meeting in Stresa from 23 to 25 May"L'Europa avvincente": cinque esperti e il loro saggio agli incontri fiorentini di EuropoliticheLagarde: “A genuine capital markets union is needed”.EU: we aim to fill the gap in industrial policies for the development of Artificial IntelligenceChiara Bini a Firenze al nostro ciclo di incontri di cultura politica
europolitiche

La lecture sociologique des élections législatives de 2024 en France : le premier tour

01-07-2024 18:44

Europolitiche

Europolitiche, Macro/Scenari, Francia, emmanuel macron, france, hanna clariere, sociologie politique, les legislatives, elections en France, la droite francaise, right and left en France, Marine Le pene et Jordan Bardella,

La lecture sociologique des élections législatives de 2024 en France : le premier tour

Base sociale e geografica del consenso delle destre In Francia a fronte di nuove consapevolezze e unità a sinistra. Meno spazio per il centro moderato.

FR - Parmi les électeurs de RN (ultra droite xénophobe Bardella et Le Pen) au sujet des classes sociales il y a surtout des commerçants de petites et moyenne villes, des ouvriers et des employés, leur niveau d’études ne dépassant souvent pas le baccalauréat. Géographiquement  les grandes villes votent très peu le RN alors que le centre, centre-est et le nord sont l’apanage de RN vu que les services publics qui leur sont offerts ne sont pas toujours garantis, ils sont dépendant des voitures faute des transports en commun. Aussi,  une grande partie de la petite bourgeoisie dans les territtoires rurales vote à droite. Mais il y a aussi le mécontentement des precaires.

 

EN -  Among RN voters (ultra right xenophobic Jordan Bardella and Marine Le Pen) on the subject of social classes there are mainly traders from small and medium-sized towns, workers and employees, their level of education often not exceeding the baccalaureate. Geographically, the large towns are rated three times the RN to those that the centre, centre-east and the north are the apanage of the RN where the public services here are offered and are not always guaranteed, they are dependent on the journeys made by transports in commun. Also, a large part of the petite bourgeoisie in the rural territories voted right. But also the discontentment of precarious workers.

Nous vivons actuellement une situation inédite en France, car le Président Macron ayant décidé – d’un coup de tête – dissoudre l’Assemblée nationale il y a 3 semaines après les mauvais résultats aux Européennes qui ont placé le Rassemblement National en tête et son parti Renaissance-Ensemble en 3 ème position avec seulement 15% des votes.
Ainsi nous nous sommes trouvés devant le fait accompli : des nouvelles
législatives en 2 tours avec un délai de 3 semaines. La panique donc ! La situation est ubuesaque*, car le RN (extrême droite) est arrivé hier, au premier tour, en première position avec 33%, le Nouveau Front Populaire (qui regroupe tous les partis de gauche) a obtenu 28,5%, le Renaissance - Ensemble 20% et LR (le parti de droite) 8%.
 

Ce que propose le Rassemblement nationale (parti d’extrême droite)
Selon les sondages (source France culture le 30/06) la population dans son ensemble avec 49 millions de votants et 65% de bulletins de vote exprimées (égal à la situation en 1997 avec Chirac et Jospin), a comme préoccupation d’abord le pouvoir d’achat, ensuite l’immigration et en troisième la santé alors que le RN (Rassemblement Nationale de Marine Le Pen) met en avant l’immigration, ensuite la sécurité et en troisième place le pouvoir d’achat. Enréalité ce parti a voté contre contre la remise en place de ISF (Impôt sur l fortune), contre l’augmentation de SMIC (revenu mnimum), contre le gel des loyers : ils souhaitent augmenté l’âge de retraite au 65 ans (seulement ceux qui auront travaillé 40 ans à l’âge de 62 ans pourront prendre la retraite au taux plein), ils veulent interdire des postes de haute fonction au binationaux et introduire une interdiction d’usage de voiles aux Musulmanes dans la Constitution et bien évidemment mettre en place des mesures drastiques pour empêcher l’arrivée des immigrants sur le sol français.
Pourtant, en réalité, le peuple français n’est pas hostile aux étrangers, Selon un sondage publié dans le quotidien Le Monde en juin, 70% de la population considère que les immigrés sont un atout pour la France, le multiculturalisme et les besoins de main d’œuvre - les domaines comme la santé (médecins et infirmières), la construction (ingénieurs, chefs de chantiers, ouvriers, les Universités (dans certaines 40% des étudiants en doctorat sont des étrangers), les services à la personne (gardes d’enfants, soins des personnes âgées) sont des exemples de domaines où il manque des travailleurs et il y a aussi l’évolution démographique qui nécessite de renfort (la baisse de nombre des enfants par femme pour la première fois au- dessous de 1.8/femme).


Les raisons sociologiques

Pourquoi donc la morosité ? Parmi les électeurs de RN (ultra droite
xénophobe Jordan Bardella et Marine Le Pen) au sujet des classes sociales il y a surtout des commerçants de petites et moyenne villes, des ouvriers et des employés, leur niveau d’études ne dépassant souvent pas le baccalauréat. Mais, il y a aussi le phénomène de géographie, car les grandes villes votent très peu le RN alors que le centre, centre-est et le nord sont l’apanage de RN vu que les services publics qui leur sont offerts ne sont pas toujours garantis, ils sont dépendant des voitures faute des transports en commun. Aussi, le phénomène de « petite bourgeoisie » dans les territoires rurales est une des causes (cf. l’étude de B.Coquart, sociologue qui a vécu 15 ans dans ces villes : « Dans les campagnes en déclin, les discours de gauche sont invisibles ou d’emblée discrédités », Libération), car les villageois et surtout les fermiers sont mis « sous la tutelle » de cette bourgeoisie qui ensuite avec l’aide des banques rachètent les petits fermes et soumettent les travailleurs à leurs conditions. Par conséquent le travail est une norme absolue et c’est pour cela que les « assistés », ceux/celles qui vivent avec les aides sociales, y compris les immigrés, sont détestés par eux. (Je croix qu’en Italie il y un peu de ce même phénomène : « piccola borghesia »).


Le travail précaire
A ces raisons on peut rajouter le fait qu’actuellement il y a 34% de la
population qui sont des précaires et dans cette catégorie on trouve
beaucoup de métiers confondus : enseignants, artistes, restaurateurs, petits agriculteurs, étudiants, retraités, les travailleurs indépendants non-salariés, ouvriers et bien évidemment les chômeurs. De plus, le pourcentage des citoyens qui annoncent de ne plus pouvoir avoir une alimentation saine a augmenté de 20% a 30% durant les dernières 10 années. Pour eux, le vote pour le RN est une protestation de leurs conditions, un « ras-le-bol » de ces conditions dégradantes auxquelles le gouvernement n’a pas pu fournir des réponses correctes, au contraire, Macron a décidé de changer les règles d’obtention des aides au chômage drastiquement et aussi la hausse de l’âge de retraite à 64 en 2022 était sa décision. Même si le RN n’apporte absolument pas de réponses plus adéquates à ces problématiques – ils sont pour les patrons et pour les riches - ils savent mentir lors des élections et comme la population qui vote pour RN n’est pas toujours instruite, ces mensonges passent.
 

Vers un référendum 

Maintenant on est devant un référendum, comme disait Raphaël Glucksmann (Parti Socialiste, député européen) : il faut tout mettre en œuvre afin que le Rassemblement Nationale n’obtienne pas la majorité et qu’on aura un Premier ministre digne, humaniste et républicaine. Les députés RN qui sont déjà assurés sont actuellement 40 après le premier tour, et il y aura 185 triangles et 150 duelles pour le deuxième tour le 07/06. Le « Hymne de Joie » de Beethoven pour finir, pas de drapeaux nationaux. Vive l’Europe !* ubuesque : »Ubu » un personnage grotesque dans un roman écrit par Alfred Jarry,

 

Hanna Marianne Clairière 

Paris, France, enseignante et chercheur

 

(*)  The views and opinions expressed in this article are solely those of the author 

Cross-media in Italian on the policies of European institutions and governments of European Union countries

Cross-media in Italian on the policies of European institutions and governments of European Union countries


instagram
twitter
whatsapp

WEBSITE CREATED BY Q DIGITALY

©2021-2022 di Europolitiche.it